Les Lévites 3/3

LES LÉVITES : LES DROITS ET DEVOIRS

DU CHANTRE (partie 3)

 

Attardons-nous sur le ministère du chantre.

Nos chantres (rappelons-le, ce terme désigne à la fois le conducteur de louange, le choriste et le musicien) sont des Lévites, car tous ont été – ou devraient avoir été – appelés par Dieu (1) et ont reçu des dons (2) pour œuvrer dans leurs fonctions.

Conscients de ce statut et des responsabilités qui en découlent, la personne exerçant dans ce ministère doit se comporter comme les Lévites d’antan et se plier aux ordonnances prescrites dans la Bible.

Ainsi, ses droits et devoirs pourraient être (de manière non-exhaustive) :

1. sa consécration à la louange jour et nuit :
  

Le chantre de l’église pourrait être consacré spirituellement (imposition des mains). Il pourrait, en outre, œuvrer quotidiennement dans son ministère et non uniquement lors des services d’adoration du culte.

Dans l’Ancien Testament, le chantre était exempt de toute autre fonction pour se consacrer pleinement à son rôle. Devrions  nous, de même, nous délester de toute activité (professionnelle ou autre) nous empêchant de nous consacrer totalement à ce ministère mis à part par Dieu ? [cf. Chroniques 9:33]

2. sa présence aux événements de la communauté :


Libre de toute activité parasite, le chantre pourrait être présent lors de chaque événement de la vie communautaire.

– dans le cadre d’événements solennels : réunions de prière, études autour de la Parole, services d’adoration…

– durant les grandes fêtes religieuses : mariages, baptêmes, consécrations, présentations d’enfants…

– pendant les guerres déclarées : efforts d’évangélisation, semaines de prière, déplacements pastoraux…

Il apporterait ainsi à chaque instant une offrande agréable à Dieu. Sa louange disposerait les cœurs, délivrerait les âmes de toutes sortes de chaînes et manifesterait par la même la puissance de Dieu.

Nous le voyons, ces principaux devoirs semblent bien plus lourds et fastidieux que ce que nous faisons actuellement ! Seulement ne l’oublions pas, si dans l’Ancien Testament le chantre avait effectivement des responsabilités importantes, il avait aussi un droit non négligeable décrété par Dieu Lui-même.

3. sa rémunération :


La Bible nous explique dans le livre de Néhémie que le chantre devait être rémunéré chaque jour pour le travail qu’il faisait pour l’Eternel. 
« Il y avait un ordre du roi concernant les chantres, et un salaire fixe leur était accordé pour chaque jour. » (Néhémie 11: 23

  • Qui rémunérait les chantres ?

La Bible nous offre, là aussi, une réponse précise : « J’appris aussi que les portions des Lévites n’avaient point été livrées, et que les Lévites et les chantres chargés du service s’étaient enfuis chacun dans son territoire. Je fis des réprimandes aux magistrats, et je dis : pourquoi la maison de Dieu a-t-elle été abandonnée ? Et je rassemblai les Lévites et les chantres et je les remis à leur poste. Alors tout Juda apporta dans les magasins la dîme du blé, du moût et de l’huile. Je confiai la surveillance des magasins à Schélémia, le sacrificateur, à Tsadok, le scribe, et à Pejada, l’un des Lévites, et je leur adjoignis Hanan, fils de Zaccur, fils de Matthania, car ils avaient la réputation d’être fidèles. Ils furent chargés de faire les distributions à leurs frères. » (Néhémie 13: 10-13) 

La Bible est claire, c’est le peuple uniquement qui devait subvenir aux besoins de ses frères Lévites.  Il apportait la dîme du blé, du moût et de l’huile (ce qui correspond aujourd’hui à la dîme du revenu mensuelle des fidèles) autant pour le Lévite sacrificateur (= pasteur) que pour le Lévite portier (= diacre) ou le Lévite chantre.

Si nous décidions d’imiter le peuple d’Israël, nous pourrions permettre à chaque Lévite moderne d’être en accord avec les ordres du Seigneur lorsqu’Il déclare que cette tribu Lui appartient et que, de fait, elle ne doit œuvrer que pour Lui…

Gardons également en mémoire la recommandation laissée par l’Eternel dans Deutéronome 12: 19 « aussi longtemps que tu vivras dans ton pays, garde-toi de délaisser le Lévite. »

Le mot de la fin… 

Tout comme la tribu de Lévi, les chantres, diacres et pasteurs d’aujourd’hui ont une mission spéciale donnée par Dieu Lui-même :  œuvrer en tout temps pour le Seigneur.

Les Lévites modernes doivent prendre conscience de leurs devoirs et responsabilités. Mais nous devrions aussi comprendre et accepter qu’il nous incombe la responsabilité de prendre soin de nos Lévites spirituels.

Rendons aux Lévites la place qu’ils ont aux yeux de notre Dieu !

 

Nous ne prétendons pas que tout ce que nous venons de vous présenter est l’unique façon de considérer ce thème. Nous partageons simplement ici la compréhension que l’association (éclairée par son pasteur référent) a des sujets liés à la louange et l’adoration à la lumière des Ecritures et de l’Esprit saint qui nous conduit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *